conférence

  • Marie-Josèphe BONNET

Les grands courants de l’émancipation des femmes

MJBonnet©Judith-Martin-Razi

Qu’est-ce que s’émanciper, quand on naît femme dans une société dirigée par, et pour les hommes ? Quelles formes, quels combats, quels acquis, toujours menacés et quels courants porteurs, se manifestent au cours de l’histoire ? Comment s’articule l’émancipation individuelle et collective ? Pour Marie-Josèphe Bonnet, historienne française et universitaire spécialiste de l’histoire des femmes, cet éveil de la conscience féminine commence au Moyen Age avec les visionnaires et mystiques qui osèrent prendre la parole dans le cadre trop étroit de la religion de Dieu-le-Père afin d’exprimer leur expérience singulière. Ces hérétiques seront rejointes par les intellectuelles, poètes, frondeuses, amazones et femmes des Lumières qui contestent l’inégalité entre les sexes tout en développant une culture des Salons. Si la Révolution française ouvre l’ère des féminismes et des combats pour les droits, d’autres formes d’émancipation s’élaborent : union libre, libération sexuelle, libre maternité, connaissance de soi et de l’inconscient, pratiques artistiques, quête spirituelle, sans oublier un engagement citoyen dans les combats collectifs. S’individualiser en tant que femme, déconstruire les normes sexuelles, conquérir sa liberté et sa place dans la Cité, tel peut-être le défi de l’émancipation qui concerne les hommes tout autant que les femmes.

Histoire de l’émancipation des femmes, de Marie-Josèphe Bonnet ( Editions Ouest-France, 2012)

 

 

voir la video

écrire un commentaire

25

Octobre

20h

Pôle Amphithéâtre, École des Mines (Campus Artem)

Nancy

Rue du Sergent Blandan

Marie-Josèphe BONNET

Historienne française, universitaire spécialiste de l'histoire des femmes, de l'histoire de l'art et de l'homosexualité féminine. Depuis peu, elle publie des ouvrages sur l'histoire de la résistance et de l'occupation.

en savoir plus

Entrée libre

L’accès au Pôle Amphi de l’École des Mines s’effectue côté place de Padoue (signalée par la statue du Sergent Blandan), au croisement de la rue du Sergent Blandan et de l’avenue du Général Leclerc. En tram, il faut descendre à l’arrêt « Blandan »
> Lien vers le plan au format PDF