Ernest Cœurderoy (1825-1862)
Révolution, désespoir et prophétisme

Sous la direction de Alain Brossat

Éditions L'Harmattan, Collection Forum - IRTS de Lorraine

décembre 2004

Jeune médecin né en 1825 et originaire du Tonnerrois, Ernest Cœurderoy accueillit avec enthousiasme la Révolution de 1848. Il entre en politique après le massacre de juin 1948, mais, engagé dans les mouvements radicaux, doit bientôt fuir la France et se réfugier en Suisse. Commence alors un long parcours d’exil qui le conduit successivement en Belgique, en Angleterre, en Espagne, en Italie puis à nouveau en Suisse où il se suicide, désespéré, en 1862.

Vite oublié, en dépit du talent littéraire et pamphlétaire que manifestent ses écrits, notamment son Journal d’exil et son essai visionnaire Hurrah !!! ou la révolution par les cosaques, Cœurderoy n’en est pas moins un témoin de premier plan de la période tourmentée qui suit la Révolution de 1848. Il est, par excellence, le chantre de l’espérance trahie, de la mélancolie révolutionnaire accablée par le triomphe de l’ordre policier, de la bêtise et de l’argent.

C’est dès la fin du XIXe siècle que des érudits commencent à s’intéresser à son œuvre qui est à nouveau partiellement republiée depuis les années 1970, mais toujours réservée à un public confidentiel. Ce volume résulte de la première rencontre internationale qui, en 2002, rassembla des chercheurs soucieux de faire revivre, après tant d’années de purgatoire, le parcours et l’œuvre de ce “vaincu de l’histoire”.

Alain Brossat enseigne la philosophie à l’université Paris 8-Saint-Denis.