Faut-il avoir la haine ?

Sous la direction de Olivier Le Cour Grandmaison

Éditions L'Harmattan, Collection Forum - IRTS de Lorraine

mars 2001

Cinquante ans de vie démocratique et relativement pacifiée en Europe occidentale ont nourri parfois l’illusion que la haine, et plus généralement les passions politiques, étaient vouées, sinon à disparaître, du moins à s’apaiser. Notre quiétude démocratique semble s’éroder toujours davantage et se multiplient, ici et ailleurs, des haines diverses. Haine raciale et politique de facture classique mais aussi haine des temps présents qui se dit sous des formes nouvelles par le recours entre autres, à cette expression devenue banale mais étrange : “avoir la haine”. Que veulent signifier exactement ceux qui l’emploient ? Comment penser la diversité des haines manifestes ou euphémisées ? Toutes sont-elles également condamnables ? Certaines ne sont-elles pas à l’origine de résistances légitimes face à une déréliction sociale et politique qui contribue aussi à les nourrir, voire à les instrumentaliser ? Enfin, peut-on penser aujourd’hui la politique et l’histoire à l’écart de cette passion ?

Olivier Le Cour Grandmaison est Maître de conférences en sciences politiques à l’Université d’Evry-Val-d’Essonne. Il a publié Les citoyennetés en Révolution (1789-1794), Paris, PUF, 1992, avec C. Wihtol de Wenden, Les étrangers dans la cité. Expériences européennes, Paris, La Découverte, 1993 et plusieurs articles dans Les Temps Modernes, Critique et Lignes.